21 avril 2018 Dictature à Madagascar

Découvrez pourquoi Madagascar est dans une dictature

Une dictature est un régime politique dans lequel un groupe de personnes exerce le pouvoir de manière autoritaire et sans contrôle. Une dictature est un régime politique autoritaire, utilisant la répression des opposants. Telles sont les définitions du mot « dictature » selon les différents dictionnaires.

Aujourd’hui, nous voulons lever le voile sur ce qu’est vraiment la dictature et surtout vous exposer pourquoi Madagascar est malheureusement devenu un pays où s’est installée une certaine forme de despotisme.

La suppression de tous obstacles susceptibles de nuire au pouvoir

Dans un régime dictatorial, sachez que tous les moyens sont bons pour arriver à une fin, à maintenir le pouvoir entre les mains d’un parti politique. De ce fait, celui-ci peut être amené à effacer de son chemin les obstacles qui peuvent nuire à son pouvoir. Madagascar est un pays de dictature puisque les obstacles dressés contre les actions des opposants sont innombrables. À titre d’exemple, lors des manifestations de ce 21 avril 2018, le régime actuel n’a pas hésité à réprimer les manifestants. Le bilan est lourd : 7 morts (dont 2 enfants) et 16 blessés.Homme blessé par l'armée Malagasy lors de la manifestation du 21 avril 2018

L’inexistence d’une justice impartiale

Malheureusement, la justice est presque inexistante à Madagascar. En effet, dans notre pays, les juges sont — presque tous — aux ordres et les procureurs intimidés. D’ailleurs, la corruption continue de progresser dans la majeure partie de l’île. Selon le classement d’Indice de Perception de Corruption (IPC), Madagascar est actuellement classé dans la zone rouge, c’est-à-dire que la Grande Ile est un des pays les plus corrompus au monde.

>> Article connexe >> : les Malagasy ont le droit de s’exprimer !

La répression des adversaires politiques

Un régime dictatorial n’aime pas qu’on lui contredise. Raison pour laquelle il est prêt à éliminer tous les partis adverses qui militent contre sa politique. Le parti qui est aux manettes du gouvernement Malagasy n’hésite pas notamment à causer du tort à ses adversaires. En effet, ces derniers se sont vu interdire toute prise de parole en public. De plus, les médias publics sont fermés aux opposants. On se rappelle aussi de l’interdiction de meeting de Marc Ravalomanana à Ambalavao ou d’Andry Rajoelina à Majunga.

Une liberté de presse inexistante

Un régime dictatorial met tout en œuvre pour abolir la liberté d’expression. À Madagascar, la liberté de la Presse est menacée. Des médias privés sont menacés de délits de presse. La nouvelle loi sur la « cybercriminalité » démontrait aussi les limites de la liberté d’expression sur la Grande Ile. En effet, selon l’article 20 de la loi n° 2014-006 de ce code, n’importe quelle injure ou diffamation sera punie de 2 à 5 ans d’emprisonnement et d’une amende pouvant atteindre les 100 000 000 ariary.

>> Article connexe >> : 6000 églises fermées au Rwanda… Quid de Madagascar

Une armée oppressive

Souvenez-vous que la force d’un régime dictatorial, c’est son armée. Lorsqu’un parti politique oppressif veut rester au pouvoir par la force, c’est parce que l’armée lui garde son trône ! Jusqu’au jour où ces hommes gradés mordent la main qui les nourrissait. Et c’est ce qui est en train de se passer actuellement à Madagascar. Les forces de l’armée Malagasy qui veulent maintenant jouer le rôle d’assesseur ont décidé de ne plus être les bourreaux du peuple. Conscients d’avoir causé du tort à la population, ces derniers ont choisi après réflexion de ne plus oppresser les Malagasy, mais de les protéger.

Partagez l'article :

Mada Actus Info

Découvrez quotidiennement les actualités qui font le "buzz", les interviews, les insolites, les astuces pratiques... Mada-actus.info : le site d'actualité et d'infos pratiques sur Madagascar.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *