Déforestation à Madagascar : des chinois, la STAR et un député malgache cités3 minutes de lecture

Déforestation : la Star et un député malgache sur le banc des accusés

Le Brésil (en référence à l’Amazonie) n’est pas le seul pays du monde touché par la déforestation. Madagascar fait également face à une situation similaire. En effet, les feux de forêt dans la Grande Ile pullulent en nombre. Ceux-ci sont loin d’être le résultat de la sécheresse ou la pollution, ils sont dus à une pratique agricole dénommée culture sur brûlis (Tavy dans la langue malgache). Cette technique facile à mettre en œuvre a pour objectif de « refertiliser » le sol par un brulage des terres.

Madagascar a perdu 90 % de sa forêt

Depuis des dizaines d’années, la déforestation ravage les contrées malgaches, principalement via des incendies volontaires. Principaux mis en cause : la production intensive de maïs et d’arachide.

ONG, populations locales et scientifiques mettent en garde depuis des années sur les conséquences néfastes de la déforestation. Cette année 2019, Madagascar a officiellement perdu près de 90 % de sa forêt. Rappelons que chaque année, 200 000 hectares d’arbres partent en fumée dans la Grande Ile.

La chaîne d’informations France 24 a diffusé ce lundi 16 septembre 2019 un reportage poignant présentant la situation critique de la végétation dans la partie ouest de Madagascar, plus particulièrement la forêt primaire dense et sèche du Menabe Antimena. Dans la vidéo (que vous pouvez visionner en bas du paragraphe), on nous informe que si aucune action n’est entreprise, la forêt primaire sèche du Menabe, notre trésor endémique, pourrait disparaitre en seulement 5 ans.

Des chinois, la société STAR et le député Jeannot Herilala Rabemanantsoa de Belo sur Tsiribihina cités

Mais pourquoi la forêt du Menabe est-elle déboisée ? Selon le média français, la production de maïs et d’arachide dans la région participe fortement à la déforestation. Le député Jeannot Herilala Rabemanantsoa de Belo sur Tsiribihina est notamment pointé du doigt dans le reportage par un exploitant sur place.

Raolison est un paysan exploité et obligé de défricher toujours plus de forêts pour survivre. Durant son interview, il dit être exploité par un réseau impliquant le député Jeannot Herilala Rabemanantsoa et des Chinois qui lui achètent 25 centimes d’euros (soit 1000 ariary) le kilo et le revend 3 fois plus cher. « C’est à lui (NDLR Le député Jeannot) que les Chinois achètent. C’est lui qui envoie des collecteurs ici pour acheter notre arachide et notre maïs. Ce n’est pas bien ce qu’il fait, il profite de nous, de simples paysans. Depuis qu’il travaille avec les Chinois, il est devenu milliardaire ».

Autre coupable présumé de cet écocide : la société STAR, une entreprise agroalimentaire propriété du groupe français CASTEL. La population locale accuse la société d’acheter du maïs cultivé de manière illégale dans une forêt protégée pour fabriquer ses bières. « Il y a des informations qui circulent selon lesquels la STAR achète du maïs aux collecteurs. Et il y a de la concurrence, car ceux qui produisent plus gagnent des cadeaux de la société. » s’exprime Martial, un guide forestier du Menabe.

À noter que ni la société agroalimentaire ni le député malgache n’ont voulu répondre aux questions de France 24.

Quoi qu’il en soit, le premier distributeur de boissons à Madagascar n’a pas tardé à réagir face à ces allégations. Celui-ci s’est défendu mardi 17 septembre lors d’une conférence de presse.

Article connexe : La triste histoire de la forêt de Vohibola !

Partagez l'article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *