Autorités malgaches & Covid-19 : cap vers un régime dictatorial et liberticide ?5 minutes de lecture

Autorités malgaches & Covid-19 : cap vers un régime dictatorial et liberticide ?

Madagascar est pour l’instant peu touché par le covid-19. On dénombre à ce jour (16 avril 2020) 111 cas détectés, avec 0 personne décédée. Aucune mesure de confinement stricte (comme en France et aux Philippines) n’a été prise actuellement pour l’ensemble de la population.

Mais freiner la propagation du coronavirus requiert-il de réduire les libertés individuelles ? A priori, les autorités malgaches, désormais connues pour leurs méthodes assez « totalitaristes », s’en donnent à cœur joie.

Prohiber les rassemblements publics, interdire les transports publics, instaurer un couvre-feu, réglementer l’ouverture des marchés et surtout mettre en place l’état d’urgence sanitaire, telles sont les mesures prises par le gouvernement malgache depuis près de 1 mois pour faire face à la propagation du coronavirus. Pour des dirigeants qui souhaiteraient instaurer un régime totalitaire, la crise du covid-19 serait une aubaine.

Par conséquent, tout en affirmant préserver la population de la pluie de désinformations autour de l’épidémie, les autorités actuelles ont menacé de sanctionner toute personne qui diffuserait des « informations pouvant causer des troubles à l’ordre public ». « Rester sage » à la maison et éviter de conférer des propos « vexants » envers l’État seraient donc jusqu’à ce jour le meilleur moyen de se prémunir du covid-19.

On est en état d’urgence sanitaire ou en état d’urgence [tout court] ?

Selon une responsable de la communication de la Présidence, dans un contexte exceptionnel, la liberté individuelle peut être limitée et la démocratie mise en veille. En d’autres termes, l’État peut tout se permettre en cas d’état d’urgence sanitaire. Mais en quoi consiste-t-il réellement un état d’urgence sanitaire ?

ÉTAT D’URGENCE (TOUT COURT)

ÉTAT D’URGENCE SANITAIRE

L’état d’urgence est un ensemble de dispositions prises par un gouvernement en cas de menace imminente dans un pays.

Certaines libertés fondamentales peuvent être limitées, comme la liberté de la presse ou la liberté de circulation. Durant cette circonstance exceptionnelle, le gouvernement peut également être amené à restreindre des lois, réputées démocratiques.

L’état d’urgence sanitaire est une mesure exceptionnelle en cas de catastrophe sanitaire (en l’occurrence épidémique).

Cette circonstance exceptionnelle consiste à :

  • Restreindre la circulation, les réunions publiques
  • Réquisitionner les biens et les services indispensables pour en finir avec la crise sanitaire.
  • Mettre en place des mesures temporaires de contrôle des prix.

Par ailleurs, l’État n’a pas hésité à déployer les appareils répressifs à travers les forces de l’ordre et les mises en demeure de chaînes télévisés pour faire taire les opposants politiques. Forcément, les personnalités qui ne sont pas du côté des autorités sont les premiers à écoper. Même si, ironiquement, le but est d’ordre médical et sanitaire…

À chacun donc de constater si le pouvoir en place tend à profiter de la crise sanitaire liée au coronavirus pour devenir un régime totalitaire, dictatorial et despotique. 

Madagascar tend à prendre exemple sur les pays connus pour leur régime dictatorial

Les autorités malgaches ne sont pas les seuls à voir en cette épidémie un prétexte pour accentuer le contrôle de la population, consolider leur pouvoir et légitimer un recul démocratique. Notre pays ne prend-il pas exemple sur ces pays peu réputés pour leurs démocraties ?

Envisager de réviser la constitution afin de prolonger le mandat de Vladimir Poutine, telle a été l’une des mesures prises par le Kremlin pour stabiliser la situation en Russie. Même constat en Hongrie où le Premier ministre Viktor Orbán a obtenu les pleins pouvoirs (notamment la suspension de certaines lois et l’introduction de mesures extraordinaires) dans le cadre d’un état d’urgence illimité. Et que penser de la déclaration de Rodrigo Duterte ? Le président philippin, reconnu pour sa réputation sulfureuse, n’a pas hésité à ordonner à l’armée et à la police « d’abattre par balle » les contrevenants aux mesures de confinement.

Cap vers une perte de crédibilité ?

On nous cacherait certains faits. Face aux fonds alloués par les organisations internationales comme l’OMS, le FMI, l’UNICEF, la gestion du budget alloué à cette crise du covid-19 pose beaucoup de questions. Idem pour le nombre de tests réalisés par jour par rapport aux nouveaux cas déclarés. Et pour un régime qui tangue vers l’autoritarisme, les plaintes et les critiques viennent forcément des ennemis de la nation.

Quand on ne peut plus dissimuler la vérité, on sous-évalue la réalité, tout est sous contrôle et l’État s’occupe de tout sans l’aide de personne. Mais hélas, quand la catastrophe prend de l’ampleur, on réduit au silence les rares personnes qui osent hausser la voix. Que dire du cas de la journaliste Arphine Helisoa ainsi que de la station REAL TV et de son émetteur ?

La crise actuelle n’est en réalité qu’un prétexte pour intensifier le contrôle et la répression de la population et asseoir le pouvoir.

Nul doute qu’en continuant ce jeu, les autorités actuelles prennent réellement le risque de perdre en popularité auprès de la population, d’autant qu’ils n’ont cessé, depuis le mandat de l’actuel Président d’enchaîner les fausses promesses. Certes, depuis son élection, Andry Rajoelina tente de répondre aux impératifs de la population, en annonçant une myriade de dispositions. Mais les solutions qu’il a proposées ne sont guère que paroles pour le moment.

Découvrez tous nos articles liés au coronavirus (Covid-19)

 

Fumer pour se protéger du coronavirus ? Un docteur malgache donne son avis !

 

Le confinement et les réseaux sociaux, des révélateurs des inégalités entre les riches et les pauvres !

 

Le point de vue de Marc Ravalomanana sur le covid-19

 

Le Covid-19 profite aux sectes religieuses !

 

Coronavirus : Comment se diagnostiquer sur internet ?

 

Pourquoi il est « vital » de porter un masque ?

 

Le confinement pose un problème de survie à Madagascar !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *