Foday, Kantanka… Gasycar : une marque blanche ?3 minutes de lecture

Foday, Kantanka… Gasycar : une marque blanche ?

Depuis hier, les prototypes de la nouvelle marque de voiture lancée par Andry Rajoelina ont fait l’actualité de Madagascar. Tous les médias du pays ont relayé les images des véhicules qui seront d’ici peu proposés aux Malgaches.

Certes, l’idée d’une voiture « made in Madagascar » est fort attrayante et ce type de projet ambitionne de promouvoir l’industrie malgache. Mais au vu des dernières infos qui circulaient récemment sur les réseaux sociaux, derrière ces prototypes de Gasycar censés être conçus pour les conditions locales de Madagascar se cachent en réalité des voitures déjà commercialisées par une marque chinoise et ghanéenne sous le nom de Guangdong Foday Automobile et Kantanka.

Bien évidemment, Andry Rajoelina a annoncé hier que la marque au Zébu sera une joint-venture composée d’entreprises allemandes et chinoises. Mais ce que l’on ne savait pas, c’est que la contribution unique de Gasycar ne se limiterait qu’au badge, un fait qui n’a pas échappé aux internautes malgaches. Si l’identité du partenaire allemand reste jusqu’à ce jour inconnue, celle de l’entreprise chinoise qui soutient Gasycar semble donc être le constructeur chinois Guangdong Foday Automobile Co, aussi appelé Fudi.

Foday = Kantanka = Gasycar ?

Depuis hier, Gasycar faisait les titres des médias malgaches montrant admirablement des prototypes de SUV et de pick-up. « La qualité se rapprochera de celle des marques reconnues mondialement comme Toyota » se targue Andry Rajoelina.

C’est durant le lancement de la marque que le président malgache a sorti une vidéo de présentation de véhicules qui seront assemblés dans une usine de montage qui sera opérationnelle cette année.

Les images des véhicules Gasycar sont sur la gauche, celles de Kantanka au milieu et celles de Guangdong Foday à droite.

Le SUV Gasycar que l’on a vu dans la vidéo de présentation correspond au SUV Kantanka Onantefo qui est une copie du Foday Landfort SUV.
Le SUV Gasycar que l’on a vu dans la vidéo de présentation correspond au SUV Kantanka Onantefo qui est une copie du Foday Landfort SUV.
Le pickup Gasycar semble être le Kantanka Omama qui n’est autre que le Foday Lion F22.
Le pickup Gasycar semble être le Kantanka Omama qui n’est autre que le Foday Lion F22.

Après quelques recherches sur Google et sur les sites d’informations chinoises, on peut en conclure que les prototypes de Gasycar ne sont autres que les voitures commercialisées par Foday et Kantanka.

L’utilisation de Kits complets Knock Down pour accéder à une main-d’œuvre moins élevée

Bien évidemment, il n’est pas rare de voir un pays en développement vendre des véhicules à partir de pièces provenant de pays industrialisés.

Dans l’univers automobile, on appelle ces pièces des CKD ou Kits complets Knock Down. Leur utilisation est une solution courante chez les constructeurs qui les commercialisent à leurs filiales situées à l’étranger, c’est-à-dire dans un pays où le cout de la main-d’œuvre est attractif. Et ce, afin d’éviter les taxes à l’importation trop onéreuses. De plus, il s’agit d’une pratique qui vise à obtenir des avantages fiscaux en créant de l’emploi dans le pays où est située l’usine de montage.

Quoi qu’il en soit, cette situation incongrue a le mérite de soulever une question : Gasycar est-elle une marque blanche ? Pour rappel, une marque blanche est un produit conçu par une entreprise (le constructeur), que d’autres entreprises (les « distributeurs ») reprennent à leur compte et commercialisent sous leur propre marque.

Il se peut donc que la marque Gasycar soit uniquement utilisée pour avoir accès à une main d’œuvre défiant toute concurrence et éviter les frais d’importation. Mais comme l’a assuré le président de la République, l’entité malgache derrière la marque au Zébu tenait des parts majoritaires.

Partagez l'article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *