Résultats du Bac 2017 à Antananarivo : Facebook seul coupable ?2 minutes de lecture

Avec un taux de réussite à 44,48 %, les résultats du baccalauréat 2017 à Antananarivo sont rendus publics aujourd’hui. Selon les analystes, les réseaux sociaux, et Facebook entre autres, sont les premiers responsables de ce pourcentage catastrophique. Et pas que.

Une hécatombe !

44,48 %, tel est le taux de réussite pour les épreuves du baccalauréat 2017 à Antananairvo. Une baisse de 5 % par rapport à l’année dernière où le taux avoisinait les 50 %. En ce qui concerne cette session, les correcteurs du Bacc 2017 déplorent le niveau des candidats. Les notes ont, en effet, présenté une dégringolade considérable.

Le nombre total d’admis est de 33 170. Parmi eux figurent 6700 bacheliers qui ont obtenu une mention. 5879 ont eu la mention « Assez bien », 767 la mention « Bien » et 54 la mention « Très bien ». Des chiffres toutefois assez élevés comparés à ceux de 2016.

Facebook : le bourreau des bacheliers

C’est bien connu, les réseaux sociaux et surtout Facebook sont sources de la plupart des maux de la jeunesse malagasy actuelle, dont le décrochage scolaire. Entre les messages gratuits illimités, les « Like » et les « Shares », ces FB-addicts voient leur capacité de concentration sérieusement diminuée. Trop occupés à changer leur statut, tagger leurs photos, à faire des concours ou encore à demander des “J’aime”, ils en oublieraient leurs études.

Certains finissent par se perdre dans ces relations virtuelles, engendrant ainsi la baisse des résultats scolaires et finalement un échec aux examens officiels. Il faut savoir que la plupart des jeunes malagasy utilisent ce réseau social plus d’une heure par jour, ce qui signifie qu’ils travaillent 60 minutes de moins par jour que leurs camarades non inscrits.

Quoi qu’il en soit, cette profusion numérique n’est pas une fatalité et peut même devenir une alliée. Facebook n’est pas mauvais au fond, c’est la façon dont on l’utilise qui est plus à craindre.

Que font les parents et les éducateurs ?

Face à ces jeunes qui préfèrent plus être sur Facebook que devant leurs cours, les parents ont aussi leurs parts de responsabilité. Une baisse des résultats scolaires ou l’échec au Bac est la conséquence d’un manque de surveillance et de discipline de ces derniers. Une prise de conscience et des engagements sont donc nécessaires. Il est conseillé par exemple aux parents de limiter l’usage des smartphones par leurs enfants. Idem pour la connexion sur Internet.

Une conscientisation des jeunes par les éducateurs est plus qu’urgente face à cette situation. Il faudrait mettre entre autres en évidence les effets néfastes de l’utilisation abusive des médias sociaux, et pas seulement sur les études, mais également sur les autres strates de la vie : relationnelle, intellectuelle, affective…

Espérons qu’avec ce résultat décevant, il y aura prise de responsabilité à tous les niveaux et le taux de réussite pour le Bac 2018 connaitra une hausse considérable.

Partagez l'article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *