Corée du Nord : Les chiens domestiques confisqués pour être mangés2 minutes de lecture

Corée du Nord : Les chiens domestiques confisqués pour être mangés

INVRAISEMBLABLE : La Corée du Nord n’en finit pas de nous surprendre. Selon le journal sud-coréen Chosun Ilbo, le dictateur Kim Jong-un a ordonné la réquisition de tous les chiens présents dans le pays afin que ceux-ci soient mangés.

Depuis le mois de juillet, détenir un animal de compagnie est formellement interdit en Corée du Nord. Les Nord-Coréens n’ont plus donc qu’à pleurer le destin funeste de leurs animaux : ces derniers sont soit envoyés dans des zoos de l’Etat soit vendus à des restaurants où ils seront abattus et cuisinés.

Pour Kim Jong-un, avoir des animaux domestiques est un symbole de « décadence » occidentale et constitue une « tendance corrompue de l’idéologie bourgeoise », rapporte le Dailymail. Selon le quotidien sud-coréen Chosun Ilbo, mentionné par le média britannique, l’État procède à l’« identification des foyers qui possèdent des chiens et les contraignent à les remettre aux autorités sinon les animaux seront confisqués de force pour être abattus ».

En cause, la pénurie de nourriture en Corée du Nord ?

Au-delà de ce décret biscornu pourrait se cacher une tout autre réalité selon le journal Chosun Ilbo. Bien que la consommation de viande de chien soit coutumière dans la péninsule coréenne, cet étrange virage idéologique aurait pour objectif de diminuer la pénurie de nourriture dont le pays fait actuellement l’objet.

Pour rappel, 60 % de la population nord-coréenne sont confrontées à de graves pénuries alimentaires. En juin dernier, le voisin sud-coréen a envoyé 50 000 tonnes de riz en Corée du Nord, via le PAM (Programme alimentaire mondial) pour aider le pays. En mai, les autorités nord-coréennes ont annoncé que le Royaume ermite faisait face à la pire sécheresse de son histoire depuis plus d’un siècle. Le pays, connu pour sa dictature militariste, a déjà traversé une immense famine dans les années 1990, provoquant la mort de centaines de milliers de personnes.

Article connexe : Robert Mugabe : Tyran sanguinaire ou héros visionnaire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *