Korotam-bolo 2e édition… un événement dédié aux cheveux2 minutes de lecture

Korotam-bolo 2e édition… un évènement tiré par les cheveux ?

Ce 14 décembre 2019, au Pavé Antaninarenina, nos cheveux seront à l’honneur. Une grande exposition leur sera dédiée. Il s’agit de la deuxième édition de korotam-bolo.

Korotam-bolo 2 en quelques questions

Où ? Au pavé Antaninarenina

Quand ? Le 14 décembre 2018

Pour qui ? Pour ceux et celles qui aiment prendre de leurs cheveux

Tarifs ? Gratuit pour tout le monde

Korotam-bolo 2e édition… un évènement tiré par les cheveux ? Queue de cheval, dreadlocks, afro, coupe-carré… notre chevelure en dit long sur notre personnalité, mais aussi sur notre société et nos traditions. Les cheveux, ces symboles identitaires forts, feront l’objet de l’exposition korotam-bolo. Zoom sur cette 2e édition !

Place aux cheveux !

Cette deuxième édition de korotam-bolo a été repensée et étoffée avec plusieurs stands. L’exposition se décline en plusieurs parties. La première sera dédiée aux partages et aux échanges. La deuxième, quant à elle, sera consacrée aux conseils et à la vente de produits capillaires. Bref, cet événement prendra plusieurs dimensions.

Vous pourrez donc recevoir des conseils, discuter, acheter, et bien sûr, découvrir de nouvelles choses !

Les organisateurs y feront un tour d’horizon sur les spécificités et caractéristiques de cheveux durant cet événement. De nombreux spécialistes dans le domaine capillaire y participeront d’ailleurs : grands salons de coiffures, experts en cuir chevelu, artistes, Natural Hair Influencers

Article connexe : 8 astuces naturelles contre les cheveux crépus !

Importance des cheveux dans la culture malgache

Pendant longtemps, la chevelure a fait partie de la culture de plusieurs pays, jouant un rôle important dans leur identité. Les longs cheveux ont toujours été un signe de fécondité, de santé et de force pour les femmes.

Si auparavant les cheveux étaient un indicateur de statut social, ils sont aujourd’hui un moyen d’exprimer son individualité et transmettre son état d’esprit.

Nous, Malagasy, présentons une certaine diversité de par nos cheveux. Or, dans le passé, avoir des cheveux lisses était encore le modèle de beauté standard. En effet, les coupes de cheveux atypiques (afro, dreadlocks, curly…) étaient mal vues et recevaient des remarques stigmatisantes. Car dans l’histoire de Madagascar, les personnes qui avaient des cheveux crépus étaient traitées d’andevo. Dans certaines régions de Madagascar, le terme « ngita » (crépu) est encore péjoratif.

Article connexe : Une université d’Antananarivo discrimine les cheveux afros !

Si vous étiez un homme ou une femme « mahery volo », alors vous avez forcément déjà subi des pressions sociales, directes ou indirectes, vous incitant à les couper ou à effectuer des traitements capillaires afin de les lisser.

Heureusement, les pensées ont évolué et les coiffures atypiques sont revenues en force ces dernières années, que ce soit à Madagascar ou à l’étranger. Aujourd’hui, de plus en plus de jeunes mettent en avant la beauté de leurs cheveux au naturel, à l’instar de la Miss Univers 2019 qui a fièrement arboré sa chevelure crépue.

Partagez l'article :
fb-share-icon0
Tweet 20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *