Musique malagasy : toujours vers la médiocrité ?

Depuis quelques années, la musique malagasy s’abrutit. Nous perdons les traces des grands noms de la musique malagasy comme Bessa, Henri RATSIMBAZAFY, Érick Manana, Jaojoby, Lego, etc. Eux, ils avaient de réels talents d’auteurs, compositeurs et interprètes. Nous écoutons actuellement des chansons vides de sens, strictement commerciales, écrites par des pseudo « artistes » qui cherchent juste la célébrité.  

Une musique en péril

La production musicale malagasy, avant, s’inspirait de la vie de la nation et de la société en général : colonisation, lutte pour l’indépendance, pauvreté, problèmes sociétaux, problèmes amoureux, etc. Aujourd’hui… aucune réelle inspiration, de la médiocrité à profusion amplifiée par les médias qui ont laissé de côté leurs rôles éducatifs. Nous avons des paroles vides de sens qui ne font que rimer, des « artistes » qui affichent avec ostentation leur arrogance matérielle, le culte de l’apparence, la culture de la superficialité, le « kolom-body »… La musique malagasy est devenue abrutissante ; rares sont les artistes qui prônent les valeurs de la société malagasy : le “fihavanana“, le « firaisan-kina », l’entre-aide, la sagesse, etc. De nos jours, l’important est de faire le buzz, de faire parler de soi, quitte à troquer les valeurs humaines et sociales ancestrales qui font la fierté des Malagasy.

Quel avenir ?

Devant cette situation déplorable, quel est l’avenir du paysage musical malagasy ? Réponse incertaine. Heureusement que face à l’invasion de la musique abrutissante massacrant nos oreilles, des artistes tentent de se démarquer. Des initiatives, comme le festival HAY, essayent aussi de mettre en valeur les « réelles » richesses du paysage musical malagasy.

Les médias traditionnels ont également leurs rôles — parts de responsabilité — face à cette hécatombe de la musique malagasy. Ils devraient s’investir davantage dans leurs missions éducatives et avantager les artistes qui mettent en avant les véritables valeurs de notre culture, des messages éducatifs.

Si notre pays est dans cette situation, si la population malagasy a perdu ses valeurs, la culture y est pour quelque chose. Si l’on veut changer le pays, il faudrait commencer par la [bonne] culture.

Partagez l'article :

Mada Actus Info

Découvrez quotidiennement les actualités qui font le "buzz", les interviews, les insolites, les astuces pratiques... Mada-actus.info : le site d'actualité et d'infos pratiques sur Madagascar.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *