Madagascar Post-Covid19 : 5 opportunités de développement pour les entreprises5 minutes de lecture

Madagascar Post-Covid19 : 5 opportunités de développement pour les entreprises

Début mars, lorsque les Malgaches apprenaient l’existence d’un virus ultra contagieux originaire de Chine sur le territoire, ils n’imaginaient pas l’ampleur de ce phénomène, qui en quelques mois, conduisit l’économie du pays au point mort. Cependant, force est de constater que la crise du coronavirus a fait émerger de nouvelles tendances qui constituent de belles opportunités pour certaines entreprises.

Face à la crise que nous traversons actuellement, les entreprises s’interrogent plus que jamais sur ce que l’économie malgache va devenir et sur la manière dont elles vont répondre à ses nouveaux enjeux. À quoi ressemble le futur du secteur entrepreneurial en ces temps difficiles ? À quels changements doit-on s’attendre ? Les sociétés pourront-elles sortir de cette période de tourments plus performantes et plus vives ? EBDM, un organisme spécialisé dans la promotion de l’investissement entrepreneurial à Madagascar, a identifié 5 opportunités à saisir pour les entreprises.

Retour sur les impacts du coronavirus sur l’économie malgache

Quel est l’impact de l’épidémie de covid-19 sur l’activité économique de Madagascar ? Selon une enquête réalisée en juin par EDBM Madagascar, plus de 91 % des entreprises prévoient une baisse du chiffre d’affaires sur l’exercice 2020.

Du côté des salariés, le bilan est très lourd : le chômage partiel a concerné 27 % des salariés, dont 10 600 dans le secteur textile et 344 000 dans le tourisme.

Pour ce qui est de l’activité, près de 57 % des répondants (acteurs de l’industrie, du tourisme, de l’infrastructure énergie) sont restés ouverts durant le confinement.

Madagascar Post-Covid19 : 5 opportunités de développement pour les entreprises

*Méthodologie : Enquête de l’EDBM auprès de 216 entreprises du secteur privé en avril 2020.

Article connexe : Gouvernement malgache et Covid-19, cap vers un régime dictatorial et liberticide ?

Les 5 opportunités identifiées par l’EDBM pour relancer les entreprises et l’économie malgache en général

1) Production et transformation locale des produits agricoles

Actuellement, le coronavirus ne fait que renforcer un problème grave qui n’a rien de nouveau à Madagascar. Le pays est beaucoup trop dépendant des chaînes d’approvisionnement internationales pour les produits agricoles, mais pas seulement, ce qui peut engendrer des contingences lorsque les stocks sont limités.

Cette situation offre actuellement une occasion inédite d’améliorer la production et la transformation locale des produits agricoles à Madagascar, permettant ainsi au pays de s’assurer que les Malgaches disposent des denrées alimentaires nécessaires. Une telle stratégie permettra non seulement d’apporter des chaînes d’approvisionnement plus résilientes (puisqu’indépendant des chaînes d’approvisionnement internationales), mais aussi, à terme, de réduire le déficit de la balance commerciale de Madagascar.

2) Développement de la filière huiles essentielles et produits phytothérapeutiques

Alors que les chercheurs et les scientifiques du monde entier travaillent sans relâche à la fabrication d’un vaccin contre le covid-19, la phytothérapie peut offrir des alternatives. Eucalyptus blanc (kininim-potsy), ravintsara, rhizomes de curcuma, mandravasarotra… rappelons que les plantes médicinales constituent un véritable « trésor national » et sont amplement usitées à Madagascar, que ce soit préventivement ou curativement. Cette période constitue donc une opportunité pour redorer l’image de la pharmacopée malgache et booster la filière des huiles essentielles et de la phytothérapie.

Article connexe : Quand le confinement à Madagascar causait un problème de survie !

3) Redynamisation du tourisme local

Madagascar, où le secteur du tourisme constitue l’un des piliers de l’économie, n’a pas été à l’abri des impacts du covid-19 qui a frappé le monde, et cela a été confirmé par les chiffres révélés par EDBM Madagascar (voir infographie).  

Ainsi, face à la difficulté de la relance du tourisme international dans le monde, à cause de la pandémie, le tourisme intérieur pourrait constituer une bouée de sauvetage et contribuer à la reprise du secteur. Néanmoins, pour redynamiser le tourisme local et inciter les locaux à découvrir les différentes régions de Madagascar, les acteurs du voyage devront lancer des stratégies adaptées. L’abaissement des tarifs (transports, hôtels, activités…) devrait faire partie de ces dernières, car n’oublions pas que le pouvoir d’achat des Malgaches peut constituer un blocage.

4) Développement de l’e-commerce

L’évolution de l’e-commerce était déjà à l’œuvre avant que le coronavirus ne mette l’économie malgache à genou. Cependant, la chute brutale d’activité liée au confinement a eu un effet désastreux chez les commerces plus dépendants des boutiques physiques. La situation actuelle les a contraints à restructurer leur approche marketing. Cette situation inédite a confirmé aux acteurs du « retail » (commerce de détail) qu’il était désormais vital d’être présent en ligne, et particulièrement sur les réseaux sociaux, afin de répondre aux enjeux actuels et être le plus compétitif possible. Mais qui dit commerce en ligne dit service de livraison et SAV très réactif, qui constituent encore des maillons faibles auprès des détaillants malgaches.

5) Digitalisation du travail

Autre fait notable, les mesures de confinement associées à la crise sanitaire ont à l’évidence accéléré la digitalisation du travail à Madagascar. Le covid-19 a bousculé les organisations des entreprises à tel point que les réunions de crise au sein des directions structurelles se sont multipliées. Les récents contextes ont montré que les entreprises malgaches ne sont pas encore préparées à ce genre de situation. La digitalisation pourrait donc être une réponse d’anticipation.

Or, les outils digitaux à l’instar des logiciels de visioconférence ou des CRM managériaux ne sont pas encore démocratisés à Madagascar. En cause ? Une couverture internet insuffisante du territoire et une culture managériale malgache reposant sur le présentiel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *