SMIC à 200 000 ariary : les conséquences négatives et positives sur l’économie malagasy4 minutes de lecture

SMIC à 200 000 ariary : les conséquences négatives et positives sur l’économie malagasy

Promesse faite, promesse tenue. C’est ce qu’on peut dire avec l’augmentation du SMIC malagasy à 200 000 ariary (environ 50 euros) soit une revalorisation de 18%. Le patronat et les syndicats se sont mis d’accord par rapport à cette promesse présidentielle. À la veille du 1er mai, c’est une décision tant attendue par les salariés du secteur privé malagasy qui peinent à joindre les 2 bouts. Pourtant, cette hausse est loin de suffire pour améliorer le pouvoir d’achat des ménages malagasy. Les analystes craignent aussi des impacts négatifs sur l’économie nationale.

Le SMIC malagasy à 200 000 Ar

Le Président Malagasy, Andry Rajoelina, a fait une promesse, lors de sa campagne électorale : augmenter le salaire minimum à 200 000 Ar. C’est chose faite maintenant. Après un dialogue entre les syndicats, le patronat et le locataire d’Ambohitsirohitra en personne, il a été décidé que le salaire minimum va être revalorisé à 200 000 Ar, soit environ 50 euros.

Selon un des représentants des syndicats, cette hausse du SMIC est une étape importante dans la politique salariale à Madagascar. Certes, avec le pouvoir d’achat actuel des malagasy, 200 000 Ar sont loin de suffire pour un ménage modeste, mais l’État et les entreprises ont fait un pas. Les syndicats encouragent le dialogue social sur les questions de salaire.

Article connexe : Les Malagasy sont responsables de leur pauvreté !

Des mesures d’accompagnement pour les entreprises

Une augmentation de 18% du salaire minimum va avoir des impacts sur la santé des entreprises malagasy. En effet, qui dit augmentation de la masse salariale, dit augmentation des charges, donc du manque à gagner. Cette hausse va vraisemblablement se faire ressentir sur les finances.

Face à cette situation, des mesures d’accompagnement ont été décidées par l’État malagasy. Désormais, seulement les salaires s’élevant à partir de 350 000 Ar (environ 87 euros) seront imposables. Les 20 premières heures supplémentaires ne seront pas aussi taxables. L’État accorde aussi plus de flexibilité dans les horaires de travail dans les entreprises.

Grâce à ces mesures, les entreprises peuvent produire de manière optimale face à l’augmentation de ses charges.

Les impacts probables sur l’économie

Les avis des économistes divergent quant aux impacts d’une hausse du salaire sur l’économie. Certains affirment que c’est favorable, tandis que d’autres mettent en évidence les conséquences négatives. À quoi s’attendre donc après cette hausse du SMIC à 200 000 Ar ?

Sur la consommation

SMIC à 200 000 ariary : les conséquences négatives et positives sur l’économie malagasy
Revaloriser le Smic ? Pas si simple ! © POV

Une hausse du SMIC va booster la consommation des ménages. Ce qui va augmenter la productivité des entreprises, donc de leur chiffre d’affaires. Pour soutenir la croissance des entreprises, cette hausse du SMIC est ainsi une bonne initiative. Elle va aussi doper l’épargne des ménages, pour ceux qui arrivent encore à faire des économies face un coût de la vie très élevé.

Article connexe : Madagascar est riche mais pourquoi les malgaches sont pauvres ?

Sur les entreprises

Le SMIC à 200 000 Ar va avoir des impacts négatifs sur les finances des entreprises, même si l’État a adopté des mesures d’accompagnement. L’on s’attend des destructions d’emploi. Pour maîtriser les charges, certaines entreprises pourront compresser leur personnel, augmenter la charge de travail des salariés, faire des licenciements… Pour aller plus loin, l’augmentation du salaire minimum freinerait la création d’emploi et pourrait augmenter le taux de chômage à Madagascar.

Pour compenser les coûts, les entreprises pourraient aussi décider d’augmenter les prix de leurs produits, ce qui entrainerait une baisse de la compétitivité sur le marché. Et bien évidemment, une hausse généralisée des prix ou une inflation.

Sur le budget de l’État

Une augmentation du SMIC à 18% est une arme à double tranchant pour l’État. Ses finances vont aussi en pâtir. En effet, avec la non-imposition des salaires au-dessous de 350 000 Ar et des 20 premières heures supplémentaires, ce sont des milliards d’ariary de moins dans les caisses de l’État. De l’argent en moins pour les dépenses d’investissement comme les infrastructures, l’éducation, la santé…

Article connexe : Le secteur informel prédomine toujours à Madagascar !

Hausse du SMIC et inflation

C’est la bête noire des économistes. Selon eux, augmentation du salaire rime avec inflation.

Sachant que les consommateurs (les salariés) ont un pouvoir d’achat plus élevé, les prix sur le marché auront tendance à augmenter. C’est un cercle vicieux.

Pour que cette augmentation du SMIC à 200 000 Ar ait des retombées positives sur l’économie nationale et le pouvoir d’achat des ménages, il faudrait que l’État malagasy adopte une véritable politique monétaire pour maîtriser l’inflation.

Partagez l'article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *