Antananarivo : une université privée discrimine les cheveux afros2 minutes de lecture

Antananarivo : une université privée discrimine les cheveux afros

Des coupes de cheveux afros ont été interdites dans une université privée d’Antananarivo. La photo de l’affiche publiée sur Facebook a suscité de vives réactions de la part des socionautes.

À Antananarivo, une université a fait particulièrement parler de lui sur Facebook après avoir collé une affiche présentant les looks non autorisés pour la rentrée 2019. Dans cet établissement, le port de cheveux afros, de boucles d’oreilles, de sandales, de short et de bermuda est interdit pour les femmes comme pour les hommes.

« Et la prochaine fois aussi on va nous dire d’avoir la peau claire pour pouvoir étudier ». N’est-ce pas une discrimination capillaire, voire du racisme ?

C’est l’université privée IMGAM à Antananarivo qui est à l’origine de cette discrimination capillaire. Devant l’établissement a été placardée une affiche mentionnant que les coupes afros sont bannies de l’établissement. Cette interdiction a suscité de vives réactions sur les réseaux sociaux et particulièrement sur Facebook.

De nombreux internautes crient au racisme. En effet, les coiffures afros sont souvent associées aux cheveux crépus et à la culture africaine (ou afro-américaine).

IMGAM discrimination cheveux afros
Petit rappel de la définition du mot « afro »

« Pour le racisme capillaire “chapeau”. On ne peut pas faire plus stupide » s’indigne une internaute quand un autre s’insurge : « Et la prochaine fois aussi on va nous dire d’avoir la peau claire pour pouvoir étudier ».






Antananarivo : une université privée discrimine les cheveux afros

Article connexe : Peaux noires : les soins indispensables à adopter cet été !

La discrimination envers les cheveux afro

Il n’est pas rare de voir des personnes aux cheveux crépus et naturels qui font l’objet de discrimination. En effet, les cheveux des noirs sont toujours un sujet polémique. Même si la tendance « curly » et « nappy » a le vent en poupe, les femmes ou les hommes qui portent leurs cheveux au naturel doivent rencontrer de nombreuses restrictions. Considérées comme « non professionnelles » et « inappropriées », les coupes afros et autres tresses continuent à être interdites dans les écoles et les lieux de travail.

Antananarivo IMGAM discrimine les cheveux afros
On est dans un pays libre et chacun a le droit de porter ses cheveux au naturel. Ce qui se passe actuellement dans cette université, c’est de la discrimination pure et simple.

À quand l’interdiction de la discrimination raciale fondée sur les cheveux pour protéger la communauté noire ? Reste également à savoir si l’établissement a retiré les affiches pour calmer les esprits !

Partagez l'article :

2 Comments on “Antananarivo : une université privée discrimine les cheveux afros”

  1. Quelle honte ! Comment voulez-vous avancer avec une mentalité discriminative ? Je sais qu’il faut prendre des mesures pour bien gérer une université, mais là c’est du n’importe quoi.

  2. c’est une université privée, à mon avis les dirigeants ont le droit d’imposer les règles disciplinaires qu’ils jugent adaptées à leurs objectifs d’éducation . Les boucles d’oreilles et les shorts ne vous empêchent pas d’être intelligents, alors pourquoi ne critique-t-on pas ces interdictions ? pourquoi se focaliser sur les coiffures ébouriffées ? Pourquoi traduit-on « afro  » en « peau noire  » ? moi j’applaudis les courageux qui tentent d’imposer la discipline à nos jeunes actuels en perdition, ils auraient pu se contenter de récolter les écolages, tant pis pour l’éducation, la bonne tenue, les comportements inadaptés. Les parents ont démissionné, pour la plupart, alors bravo à ceux qui prennent leurs responsabilités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *