Nids de poule à Antananarivo : Les automobilistes grognent !2 min read

Nids de poule à Antananarivo ras-le-bol des automobilistes

Chaque été, les nids de poule refont leur apparition sur les routes d’Antananarivo. Un phénomène devenu banal lié aux intempéries, mais également à une dégradation croissante de l’état du réseau national.

Dans les rues d’Antananarivo, chaque automobiliste doit redoubler d’attention pour éviter les nombreux nids de poule qui se sont formés durant cette saison des pluies. Pratiquement toutes les routes de la Ville des Milles ne sont épargnées. Et selon les socionautes, ce problème ne se limiterait pas au Centre Ville. Sur les réseaux sociaux, on peut notamment recenser de nombreux signalements de routes dégradées dont la majorité concerne les nids de poule, les fissures et les bosses.

Il n’est pas rare de voir des conducteurs se plaindre des dégâts occasionnés par la détérioration de la chaussée. Des nids de poule se sont formés à peu près partout dans les rues d’Antananarivo. Les usagers roulent au pas. Mais pour les « taxi-be » et les taxis, c’est une autre histoire. Les casses pullulent en nombre. Usure prématurée des freins, des amortisseurs… les véhicules sont souvent mis à rude épreuve et la facture des réparations peut vitre être salée. Quant aux motos et aux vélos, ces nids de poule dans la chaussée sont des sources d’accidents.

Les intempéries et la circulation : dans le banc des accusés

Mais comment se forment ces bosses et ces nids de poule ? Ces phénomènes s’expliquent principalement par 2 facteurs : les intempéries et la circulation.

Écart de température, impact mécanique, UV, circulation des véhicules… voilà autant d’agents agressifs qui peuvent mettre à mal le revêtement routier. Ce dernier se fragilise alors et commence à se fissurer. C’est à ce moment que des nids de poule font surface.

Antananarivo possède plusieurs centaines de kilomètres de voiries. Si les responsables ne s’engagent pas à réparer ces routes le plus tôt possible, il faudra les refaire complètement, ce qui reviendra à dépenser encore plus d’argent.

Un manque de considération de la part de l’État

Ce mauvais état de la route est le résultat d’un désengagement financier de l’État. Car il faut souligner que la réhabilitation des routes de la capitale ne relève pas de la compétence de la CUA (Commune Urbaine d’Antananarivo). En effet, cette dernière ne prend pas en charge les gros œuvres comprenant l’entretien des routes. Reste à savoir si le nouveau gouvernement d’Andry Rajoelina compte mettre la réhabilitation des axes routiers dans ses priorités !

Partagez l'article :

About Mada Actus Info

Découvrez quotidiennement les actualités qui font le "buzz", les interviews, les insolites, les astuces pratiques... Mada-actus.info : le site d'actualité et d'infos pratiques sur Madagascar.

Voir toutes les publications de Mada Actus Info →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *