Prendre une photo d’un accident peut vous coûter très cher !5 minutes de lecture

Prendre une photo d’un accident peut vous coûter très cher !

Cette « mode » est devenue de plus en plus courante et dérange les services de secours : les badauds guettent le moindre accident de la route pour les filmer et les photographier avec leur smartphone. Les vidéos et les photos sont ensuite publiées sur les réseaux sociaux. Cet acte est pourtant punissable par la loi.

La semaine dernière, un véhicule a heurté un piéton sur la route du By-Pass. La femme percutée reçoit les gestes de premiers secours quand soudain des badauds armés de leurs Smartphones s’approchent pour faire des Selfies.

Aujourd’hui, à Andraharo, une femme victime d’une collision entre une moto et une voiture s’écroule par terre. Un badaud sans gêne s’approche et prend en photo la jeune femme qui se tord de douleur.

Ce genre de comportement est devenu un réflexe chez la plupart des socionautes malgaches. Si ces derniers pensent qu’ils ne font rien de mal, ils n’ont pas conscience des conséquences que cela peut avoir pour les victimes, mais également pour sa famille.

Les attroupements ralentissent les services de secours

Filmer ou photographier un accident de la route n’est pas un phénomène nouveau. Malheureusement, ce type de comportement gêne lors des interventions des équipes de secours.

Les policiers, les urgentistes et les pompiers connaissent généralement beaucoup de difficultés pour arriver sur les lieux de l’incident parce que les usagers de la routent ralentissent, les badauds s’attroupent et s’arrêtent pour prendre des photos. Autant d’obstacles qui font que les secours sont ralentis pour arriver sur les lieux de l’accident.

Publiez la photo d’une personne accidentée sans son consentement : 1 000 000 à 6 000 000 d’Ariary d’amende

Prendre la photo d’un accident et le publier sur les réseaux sociaux à l’insu de la victime tombe sous le coup de la loi sur la protection de la vie privée.

Le fait de poster la photo d’une personne, donc d’exploiter une donnée à caractère personnel d’un individu à son insu est punissable par la loi.

Les amendes applicables aux contrevenants vont de 1 000 000 à 6 000 000 d’Ariary.

Par ailleurs, prendre une photo au lieu de porter secours à une personne en danger est un acte pénalement condamnable.

Article connexe : Comment reconnaître un pickpocket dans un taxi-be ?

Loi-n° 2020-006 portant sur le code de la communication médiatisée

« Art 20 nouveau. Le droit à l’image est le droit pour toute personne de s’opposer à la fois à la capture de son image et de ses biens et à la diffusion de celle-ci, sans son consentement préalable et exprès. Le droit à l’image et à la vie privée porte sur la protection contre toute atteinte portée au droit au nom, à l’image, à la voix, à l’intimité, à l’honneur, à la réputation, à l’état de santé, à la vie sentimentale, à l’image, à la pratique religieuse, aux relations familiales, et, tout ce qui relève de la sphère intime et personnelle d’une personne.

En cas d’atteintes à la vie privée et au droit à l’image, le juge saisi de l’affaire peut ordonner :

  • La saisie, séquestre, suppression des passages litigieux, publication d’un encart, et l’astreinte ;
  • La condamnation de l’auteur de l’atteinte à verser des dommages et intérêts, qu’il s’agisse d’une chaine télévisée, un magazine de presse, un photographe, ou un inconnu ;
  • Le retrait des contenus illicites notamment les vidéos, photographies, ou tout support y ayant porté atteinte ;
  • L’interdiction de la rediffusion des contenus litigieux.

Toute atteinte à la vie privée est punie d’une amende de 1 000 000 à 6 000 000 d’Ariary, sans préjudice de l’application de la Loi n° 2014-006 du 19 juillet 2014 sur la cybercriminalité.

La seule raison pour sortir son téléphone en cas d’accident, c’est pour appeler les secours. Les photos et les vidéos n’ont jamais sauvé la vie des personnes accidentées. Il s’agit d’un comportement déplacé, irrespectueux et qui ne présente aucun intérêt.

Ainsi, pensez-y à deux fois avant de prendre la photo d’un accident de la circulation. Si la personne photographiée sans son consentement voit ses images sur les réseaux sociaux et décide de porter plainte contre vous, vous risquez certainement de payer une très forte amende.

Article connexe : Les 10 commandements pour prendre un taxi-be à Madagascar !

Témoin d’un accident de la route : Que faire ?

Quels sont les bons gestes à adopter si vous êtes témoins d’un accident de la circulation ?

Si vous constatez un accident et que les secours sont déjà sur les lieux, inutile de rester sur place. Circulez et n’encombrez pas les lieux !

D’autres personnes se sont déjà arrêtées pour tenir compagnie à la victime, car les secours ne sont pas encore arrivés ? Demandez aux intervenants si vous pouvez faire quelque chose. Si ce n’est pas le cas, circulez !

Si l’accident vient d’avoir lieu : portez secours ! Pour ce faire :

  • Contactez les secours au plus vite et décrivez bien la situation et le lieu de l’accident : SOS pompiers 118, S.O.S – Polices-secours 117, Sapeur-pompier 018/117, Service d’ambulances 22 357 53
  • Ne déplacez pas les victimes sauf s’il y a un risque imminent (incendie, accident…) ou que vous connaissez les gestes de premier secours.
  • Couvrez la victime : les personnes accidentées ont souvent froid, car elles sont en état de choc.
  • Assurez-vous que la victime reste éveillée et essayez de la rassurer.
  • Si la personne a du mal à respirer, desserrez ses vêtements (ceinture, col…).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *