Les Malgaches relâchent leurs efforts dans la lutte contre le coronavirus3 minutes de lecture

Covid-19 : Pourquoi un tel relâchement à Madagascar ?

Selon les données recueillies, Madagascar semble avoir passé le pic de l’épidémie de coronavirus. D’ailleurs, le nombre de cas quotidien est en baisse. Nous devons cependant faire attention au relâchement qui pourrait conduire à une seconde vague de contamination.  

Covid-19 : Pourquoi un tel relâchement à Madagascar ?

Gestes barrières abandonnées, non-port du masque… voilà autant de comportements qui peuvent laisser craindre un rebond de l’épidémie à Madagascar. Nécessité de « faire un câlin » à ses proches après une longue période de confinement ? Désir de révolte ? Absence de civisme ? Qu’est-ce qui explique un tel relâchement à Madagascar ?

Au fur et à mesure que les Malgaches baissent la garde, les médecins s’alarment. Si certains individus continuent de renoncer aux embrassades et d’appliquer le mètre d’éloignement, d’autres à l’inverse ont explicitement abandonné les gestes barrières comme la distanciation sociale ou le fait d’éternuer dans le coude, imaginant certainement que le cauchemar du coronavirus fait désormais partie du passé.

Pourtant, la saison estivale à Madagascar pourrait se passer dans des conditions optimales si nous continuons de respecter les mesures sanitaires. Or, ces dernières sont en train de nous échapper.

Après plusieurs mois de contraintes avec plusieurs facteurs de stress, on a pu constater un besoin de relâchement de pression chez certaines personnes, ce qui a pour conséquence une autodiscipline moins stricte, voire totalement absente.

Des mesures paradoxales, des messages anxiogènes qui ne passent plus…

Ce relâchement ambiant s’explique également par une sorte de « familiarité avec le virus ». En effet, on a pu constater que la peur du coronavirus s’estompe peu à peu au fil des mois, diminuant progressivement les comportements de protection « exagérés ». Il en ressort que la vie reprend lentement son cours plaçant au second plan l’épidémie de covid-19. On se tourne alors vers d’autres aspects de la société comme l’économie, la famille, etc.  

À cela s’ajoute un ras-le-bol collectif au regard des injonctions et des discours contradictoires de l’État face au virus qui n’ont fait que rendre confuse la population.

Article connexe : Gestion du coronavirus : Contradiction et schizophrénie de l’Etat malgache !

Manque de civisme

Dans les rues de la capitale, il n’est pas rare de voir des gens ne pas porter de masques avec des airs indifférents. Il s’agit là d’un cas d’insouciance : les personnes qui refusent de porter le masque relativisent leur mauvaise conduite et estiment que si elles sont les seules à ne pas suivre les mesures, ça n’est pas grave.

Malheureusement, les gestes des uns ont des répercussions sur le comportement des autres, ce qui conduit à une accoutumance progressive au danger du virus.

On peut aussi déplorer l’attitude des « dirigeants » qui ne montrent pas l’exemple en ne portant pas de masque ou en organisant des rassemblements. Les récents événements comme le concert de Nomcebo à travers l’île ou le « troisième mi-temps » organisé à Tamatave suite au match des Barea le confirment d’ailleurs.

Or, si une deuxième vague arrive, il y a de fortes chances que Madagascar ne s’en relève pas.

Pour l’heure, les chiffres sont de bons augures pour Madagascar. Le pays enregistre un faible taux de positivité. Cependant, si le relâchement des comportements se poursuit, une reprise de l’épidémie est fort probable en 2021. Dans tous les cas, c’est à la classe politique dirigeante de rappeler les bons gestes à adopter.

Article connexe : Pourquoi Madagascar et l’Afrique sont immunisés contre le coronavirus ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *