2 000 000 ariary (500 euros) d’amende ? Les automobilistes malgaches s’insurgent1 minutes de lecture

Amende 2 000 000 ariary (500 euros) : Les automobilistes malgaches s’insurgent

Sommes-nous à deux doigts d’une guerre ouverte entre la CUA et les automobilistes ?  À priori, l’équipe du nouveau Maire de la capitale déploie beaucoup d’énergie pour y parvenir !

Les automobilistes malgaches, que ce soit les transporteurs ou les particuliers, se sont insurgés sur les réseaux sociaux contre cette amende jugée « trop exorbitante », martelant qu’ils ne tolèreraient pas que la CUA « profite » du peuple. Beaucoup craignent d’ailleurs que cette nouvelle disposition favorise la corruption au niveau des agents de police.

Notons qu’en France, et particulièrement à Paris, les tarifs de frais de fourrière dépassent rarement les 200 euros, une somme déjà considérée comme astronomique pour les Français. Alors quid des Malgaches ? Une famille modeste pourra-t-elle débourser 2 000 000 ariary (500 euros), qui représente 10 fois le SMIC à Madagascar ?

Droit de fourrière à 2 000 000 ariary : Quid des familles malgaches modestes ?

Cette amende faramineuse comprend notamment 200 000 ariary pour le transport de la voiture, un droit de gardiennage de 150 000 ariary par jour et 2000 ariary par cheval par jour pendant 10 jours.

Auparavant, l’amende pour la mise en fourrière d’un véhicule n’était que de 600 à 2 000 ariary par cheval par jour.

« Cette amende est trop lourde pour les transporteurs comme nous. Si un véhicule de 8 chevaux est mis en fourrière, son propriétaire devra donc débourser 1 860 000 ariary au total » soulève Clémence Raharinirina, aussi présidente de l’association des chauffeurs de taxi d’Antananarivo.

Article connexe : Début du divorce entre Clémence Raharinirina et l’IRD ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *