Antananarivo : Le business de la prostitution continue malgré le coronavirus2 minutes de lecture

Antananarivo : Le business de la prostitution continue malgré le coronavirus

Par nécessité financière, la prostitution de rue reprend timidement à Antananarivo. Malgré la peur du coronavirus, certaines « vénus de carrefour » ont repris leur activité cette semaine « pour survivre » disent-elles.

Les mesures de confinement liées au Covid-19 ont stoppé passagèrement la prostitution dans les rues de la capitale même si quelques passes continuaient à s’effectuer à la marge. Depuis hier, le déconfinement progressif dans la région Analamanga a autorisé tout un chacun à sortir dans les rues avant 22 h y compris les prostituées. Pour autant, la psychose liée à l’épidémie à Madagascar et la difficulté de respecter les gestes barrières entravent l’activité.

Le quartier de Tsaralalàna est l’un des quartiers très prisés par le secteur de la prostitution. Depuis l’annonce faite par le président, les rues commencent à être occupées par ces filles de joie si auparavant c’était le calme plat. Mais beaucoup se cachent encore au-delà de 22 h, par peur d’être interpellées pour violation du couvre-feu en vigueur. Ces femmes appâtent sur les trottoirs les clients, qui deviennent de plus en plus rares.

Les clients se font rares

Voahangy, une prostituée de 25 ans, déambule régulièrement entre Analakely et Tsaralalana depuis le début du confinement à Madagascar. La foule habituelle des fêtards s’est évaporée. Les bars, les karaokés et les discothèques ont reçu l’ordre de fermer afin de freiner la propagation de l’épidémie.

Employée jusque-là dans un « salon de massage », Voahangy cherche désormais dans des rues désertes d’éventuels clients.

Les prostituées vont donc continuer d’offrir leurs services malgré les risques de contracter ou de donner le virus. « J’ai peur du virus, mais j’ai besoin de travailler pour payer mon logement et l’écolage de mon enfant », confie-t-elle.

Quid du respect du protocole sanitaire ?

Même si le secteur commence à reprendre, les prostituées et leurs clients pourront-ils respecter des mesures d’hygiène strictes ? Rien n’est moins sûr !

Pour l’exercice de la profession, l’hygiène est essentielle pour les prostituées en raison du contact physique inévitable.

Pour rappel, le coronavirus a infecté 1272 personnes et a fait 10 morts selon les chiffres officiels.

Article connexe :

 

Le fléau de la prostitution des mineurs à Madagascar !

 

Rencontre avec Manjaka, une prostituée d’Antananarivo !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *