Comment les Malgaches perçoivent-ils les fonctionnaires ?4 minutes de lecture

fonctionnaire malgache

Si l’image du fonctionnaire malgache paresseux et corrompu est tenace, c’est sans doute… parce qu’il s’agit de la vérité ! En effet, même avec les nombreux postes existants dans le secteur public, le processus administratif tourne souvent au ralenti et la charge de travail négligée.

Une situation qui renvoie donc à la population l’image d’une fonction publique, et donc de fonctionnaires, paresseux et inconditionnels de l’absentéisme. Ce sont des secrets de polichinelle, voire des lapalissades.

C’est dans le secteur privé qu’on travaille le plus ?

Qui des agents de la fonction publique ou des salariés du privé travaillent le plus à Madagascar ? À en constater, les fonctionnaires sont les plus peinards. Et c’est effectivement le cas. Depuis plus d’une décennie, la différence en heure effectuée par les agents administratifs et les employés privés est flagrante. Qui ne connait pas la lenteur si caractéristique de l’administration avec certains fonctionnaires qui ne rentrent au bureau qu’à 10 h du matin et qui le quittent à 15 h ? Logique, dès lors, de parler de fainéantise…

Bien sûr, les heures passées au travail par les agents publics comme les pompiers, les médecins et les policiers ne sont pas prises en compte dans cette équation. Cela concerne essentiellement les employés dans les administrations malgaches.

Les clichés sur les fonctionnaires malgaches

Depuis que la fonction publique malgache existe, la liste des critiques faites aux fonctionnaires est longue. Fainéants, rebutants, odieux, corrompus, hautains et davantage attachés à leurs congés qu’à l’intérêt général… la multitude de clichés qui leur collent à la peau est rarement valorisante.

Ainsi, une mentalité de fonctionnaire en devient une expression courante, à savoir se la couler douce sans faire le moindre effort. Un fonctionnaire est aux yeux des Malgaches un employé qui ne dispose généralement pas des valeurs comme l’exemplarité, la transparence et la performance. Toujours selon leurs dires, il s’agit d’un secteur où la rémunération est moins intéressante. Pourtant, plus de 80 % des fonctionnaires sont satisfaits de travailler dans la fonction publique, la motivation première étant la sécurité de l’emploi et la possibilité d’exercer d’autres activités rémunératrices. Au moins 70 % des jeunes étudiants malgaches souhaitent d’ailleurs devenir plus tard des fonctionnaires afin d’être « peinards » et de pouvoir cumuler un autre emploi à temps partiel.

Les caricatures et les blagues sur les fonctionnaires malgaches

Sur la scène culturelle Malgache, les humoristes ne tardent pas à s’emparer du sujet comme le démontre ces images et ces vidéos.




Ce genre humoristique, toutefois, ne vise pas tous les fonctionnaires et de manière indifférenciée. Une catégorie de fonctionnaires concentre particulièrement l’essentiel des blagues et des moqueries : ceux postés derrière le guichet d’une administration.

Et puisque la plupart des Malgaches se sont quasiment tous déjà retrouvés face à un fonctionnaire une fois dans leur vie, rien de plus hilarant que de railler sur les idées reçues que nombre d’entre eux partagent.

Article connexe  : Le Coronavirus peut-il contaminer Madagascar ?

Les fonctionnaires malgaches, tous des corrompus ?

C’est dans le secteur public que persiste également un fléau bien connu des Malgaches : la corruption. Selon un sondage de Stileex en 2019, 93 % des Tananariviens ont déjà vu des actes de corruption avérés dans ce domaine.

Toujours selon ce même sondage, la Police est l’institution publique la plus corrompue pour 61 % des personnes interrogées. Viennent ensuite la justice (37 %), la gendarmerie (34 %), les communes (25 %), les administrations publiques (18 %), les services fonciers aussi appelés « domaine » (16 %) et la JIRAMA (5 %).

Aujourd’hui encore, il n’est pas rare de voir que les postes pourvus reviennent aux proches, aux membres de la famille ou aux connaissances des hauts placés. Le népotisme et les pots-de-vin sont des faits quotidiens dans notre pays.

Article connexe : Polygamie à Madagascar, une véritable institution !

Ce que les Malgaches attendent de l’administration publique

La plupart des Malgaches espèrent une optimisation du service rendu grâce à la diligence des réponses apportées à leurs demandes ainsi que la rapidité des services. En d’autres termes, les Malgaches souhaitent des fonctionnaires plus serviables, plus professionnels et plus assidus. D’autant plus qu’ils sont payés par les impôts des contribuables.

Alors pouvons-nous être optimistes quant à la transformation du service public à Madagascar et à l’assainissement des administrations malgaches ? Réponses dans les années à venir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *