Polygamie à Madagascar : « une véritable institution » !3 minutes de lecture

Polygamie à Madagascar : « une véritable institution » !

La polygamie, ou plus spécifiquement polygynie, est un statut qui définit un homme qui a plusieurs épouses à la fois. Si cette pratique est aujourd’hui blâmée dans certaines communautés malgaches, sachez qu’elle a toujours été présente à Madagascar, où elle existe depuis les temps royaux. Notre magazine d’actualité à Madagascar a consacré un article sur le sujet !

Continuez votre lecture pour en savoir davantage sur les grandes lignes de la polygamie à Madagascar !

Le symbolique de la polygamie à Madagascar

Considérée comme une véritable institution, la polygamie à Madagascar est un système de parenté et d’organisation familiale. Elle est basée sur une croyance populaire selon laquelle la femme est « la matrice et la porteuse de la vie ». Ainsi, selon les Malgaches, la philosophie de la polygamie est basée sur la multiplication des sources de vie afin d’élargir la vie du groupe. En d’autres termes, il faut être avec plusieurs femmes pour avoir plus de progénitures.

Selon la tradition, si un homme décide d’avoir une seconde épouse, la titulaire « vadibe » ne doit pas aller à son encontre tant qu’elle bénéficie toujours des avantages liés à sa place de première femme.

Bon à savoir :

  • La première femme est appelée « vadibe »
  • La deuxième femme est appelée « vadimasay »
  • Les autres femmes sont appelées « vadikely »

À Madagascar, chaque femme d’un polygame doit bénéficier de son propre foyer. Les enfants sont élevés dans le sens de la fraternité et doivent avoir l’esprit de cohésion dans le respect de leur père commun.

Article connexe : Le tribalisme, source de violence ethnique à Madagascar !

Histoire de la polygamie à Madagascar

Dans le sud de la Grande Ile, la polygamie est une pratique très ancienne qui remontait bien avant l’ère royale. Elle dépendait surtout des conditions économies de l’homme pour être mise en œuvre.

Par contre, cette tradition était uniquement réservée aux rois sur les hautes terres centrales. Ceux-ci avaient recours à la polygamie pour faciliter les alliances politiques avec les autres royaumes. Quoique ! Certains sujets pratiquaient la polygamie, mais les femmes n’avaient pas de statuts officiels étant donné que personne ne pouvait être sur le même pied d’égalité que le roi.

Le saviez-vous ? Le roi Andrianampoinimerina avait 12 femmes (4 d’entre elles étaient stériles) avec qui il a eu 8 garçons et 18 filles. Ces 12 épouses se nommaient : Rabodonimerina, Rafotsirabodo, Ramiangaly, Ravaonimerina, Ramisavola, Ravalomisa, Razafitrimo, Rabodozafimanjaka, Rasendrasoa, Rasamona, Ramanantenasoa et Rambolamasoandro. Cette dernière avait donné naissance à Ilaidama, plus connu sous le nom de Radama 1, le successeur d’Andrianampoinimerina.

Plus tard, la polygamie fut officiellement autorisée en 1830 sous le règne de Ranavalona 1. Mais en 1881, son successeur, Ranavalona 2 promulgua une loi l’interdisant.

Malgré cette loi, l’institution polygamique a perduré dans les autres monarchies de Madagascar. C’est la raison pour laquelle les polygames sont encore nombreux dans les régions côtières et rares dans les hautes terres.

Article connexe : Pourquoi certaines femmes malagasy préfèrent les « Vazaha » ?

Disparition lente de la polygamie à Madagascar ?

Si la polygamie est encore une institution traditionnelle pratiquée à Madagascar, elle n’en reste pas moins menacée pour diverses raisons, que ce soit d’ordre religieux, social ou économique.

Cette tradition n’est généralement réservée qu’aux riches. En effet, il existe quelques obligations à remplir si l’on souhaite avoir plusieurs femmes. Le polygame est notamment dans l’obligation de verser une dot (somme d’argent ou des zébus) à tous ses beaux-parents, ce qui n’est pas à la portée de tout le monde.

Partagez l'article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *