La religion, un frein au développement de Madagascar ?5 minutes de lecture

La religion, un frein au développement de Madagascar ?

Loin avant l’arrivée du Christianisme à Madagascar, les Malgaches étaient déjà monothéistes, croyant en un Dieu unique qui créa la vie. Ils l’appelaient « Zanahary », celui qui créa la terre et le ciel. Les sources, les rochers et les arbres étaient les lieux de culte. Il n’y avait pas encore de temples ni d’églises. Actuellement, plus de 30 % des Malgaches pratiquent toujours la religion traditionnelle, qui souligne les liens entre les vivants et les morts. Toutefois, cette coutume tend peu à peu à disparaitre au profit de la religion occidentale, à savoir le Christianisme. Une religion qui règne aujourd’hui en maître dans la Grande Ile avec un dynamisme impressionnant qui n’est pas près de s’arrêter.

L’histoire du christianisme à Madagascar

La première tentative de christianisation faite à Madagascar fut l’œuvre des Pères Jésuites portugais au 15e siècle. Les premiers navigateurs portugais amenèrent avec eux des missionnaires catholiques jésuites sur les côtes malgaches dans le but de convertir les indigènes.

C’est ainsi qu’en 1614, un jeune malgache du nom de Dian Ramaka, fils du roi Andriandramaka, fut amené à Goa, dans l’Inde Portugaise, pour y recevoir une formation religieuse pendant 3 ans sous la houlette des missionnaires jésuites. Il est baptisé sous le nom de Don André. Il revient à Madagascar accompagné de 2 jésuites, convaincu de pouvoir prêcher l’Évangile aux siens. Mais 8 ans après son arrivée, Don André a changé de bord et s’est retourné vers la célébration des rites ancestraux.

Plus tard, l’évangélisation de Madagascar recommence. Le 4 décembre 1648, Saint Vincent de Paul envoya des missionnaires catholiques français à Madagascar pour s’implanter à Fort-Dauphin. 25 prêtres et 12 frères, dont Nicolas Grondée et Charles Nacquart, ont offert leur vie pour cette tentative d’évangélisation du sud de Madagascar. De par le climat d’insécurité qui y régnait, la plupart ont été empoisonnés ou massacrés.

Face à cette hécatombe, le père René Alméras, successeur Saint Vincent de Paul, cessa l’envoi des missionnaires vers 1674.

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, Madagascar, tout comme les autres pays d’Afrique, connaissent une nouvelle vague d’évangélisation par les pères et les pasteurs occidentaux au moment de la colonisation. La Grande Ile fait alors face à une forte poussée chrétienne.

Avez-vous déjà entendu ce discours ignoble de Léopold II, roi des Belges, aux prêtres chargés d’évangéliser le Congo belge en 1883 ?

Article connexe : Le christianisme a joué un grand rôle dans la colonisation de Madagascar !

Foisonnement et expansion du Christianisme à Madagascar

Le phénomène de christianisation prend son envol grâce à la prise en main des communautés par les leaders malgaches qui remplacent désormais les premiers leaders occidentaux. Catholique, protestant, anglican, témoin de Jéhovah, église presbytérienne, église de réveil, assemblée de Dieu, Apocalypse… on remarque aujourd’hui un dynamisme religieux, un foisonnement de mouvements qui se concurrencent, se mélangent ou se complètent. Une tendance qui a contribué à l’érosion de nos valeurs intellectuelles et culturelles. Actuellement, plus de 50 % de la population se disent chrétiens, soit près de 13 millions de Malgaches.

Article connexe : Sorcellerie à Madagascar, « Ody Gasy », mythe ou réalité ?

Le piège religieux à Madagascar

« La religion diabolise la science, se fait complice de l’ignorance et de l’obscurantisme » disait Christopher Hitchens. Cette phrase résume à elle seule la situation qui règne à Madagascar, et dans la plupart des pays africains, depuis l’avènement du Christianisme, mais aussi de l’Islam. La Bible et le Coran, considérés comme des « livres saints », restent pour les fidèles les seuls « guides » dont le contenu constitue l’unique et seule vérité. Ce qui y est écrit doit être suivi et appliqué à la lettre sans remise en question. Les ambassadeurs étant les prêtres, les imams, les pasteurs et autres guides spirituels qui profitent de leur influence pour abrutir davantage le peuple.

Une question tend alors à se poser : en quoi la religion constitue-t-elle un frein au développement de Madagascar ?

Pour trouver une réponse à cette interrogation, revenons sur une étude de l’organisation Gallup dans 114 pays en 2009. L’enquête a montré que les pays les plus religieux sont les plus pauvres, avec un PIB sous les 5000 dollars par an. Cela explique la relation qui existe entre la religiosité d’un pays et son statut économique. A contrario, les pays, dont la religiosité est faible, affichent un PIB au-dessus des 25 000 dollars.

Cette situation s’explique du fait que la religion joue un rôle plus fonctionnel dans un pays pauvre comme Madagascar, aidant le peuple à surmonter cette lutte de tous les jours.

Par ailleurs, de nombreux fidèles sont convaincus qu’en ayant la foi, ils connaitront tôt ou tard le bonheur, trouveront du travail et rencontreront le succès. Se basant sur plusieurs extraits de la Bible ou du Coran, les chefs religieux persuadent les fidèles que tout ce qui leur arrive est la volonté de Dieu ou d’Allah.

Cette culture se transmet alors de génération en génération, favorisant encore plus l’abrutissement et l’appauvrissement du pays.

Le mot de la fin

Dans cet article, nous n’avions pas pour but de dénigrer le Christianisme ou toute autre religion et encore moins malmener leurs adeptes. Ici, notre objectif était d’amener le plus grand nombre à savoir concilier la foi et la connaissance rationnelle.

Bien sûr, il est légitime de prier, de joindre Dieu à ce que nous faisons. Mais il est conseillé de le faire avec un minimum de sagesse et de bon sens. Adopter une pensée fanatique ne peut nous conduire qu’à la perte. Ce n’est pas en priant aveuglement que les Malgaches pourront bâtir et développer leur pays.

Madagascar est riche mais pourquoi les Malgaches sont pauvres ?

Partagez l'article :

11 Comments on “La religion, un frein au développement de Madagascar ?”

  1. Non au contrôle de masse. Vous avez raison cela ne cessera de remonter.Car tout est à Dieu .Même votre souffle, avec votre n’importe quoi. Bon courage

  2. Depuis toujours, les pays Occidentaux et Américains sont les pays les plus christianisés et en même temps les plus riches. Pourquoi dites-vous que les pays les plus religieux sont les plus pauvres ?

    Bien avant l’arrivée des Missionnaires, Madagascar était déjà miséreux. Y régnaient déjà la famine, l’oisiveté, la fainéantise … Les Missionnaires étaient étonnés de voir des gens si pauvres dans un pays si riche. Les Missions chrétiennes de tout bord, faisaient des mains et des pieds pour soustraire l’homme autochtone, de ce bourbier. En particulier, les Œuvres Catholiques arrivaient en tête et de très loin, au niveau des œuvres de bienfaisance dans ce pays.

    Déjà, Andrianampoinimerina voyant le ravage de la famine, distribuait des bêches pour inciter les gens à travailler. Donc il était conscient que son peuple n’était pas travailleur.
    Galliény, voyant le désoeuvrement et le dégat que cela provoque, a établit « la tête », un impôt par tête. Cela a obligé les indigènes à travailler. On a supprimé ça plus tard au détriment de l’économie du pays.

    Savez-vous que l’économie de Madagascar a été et est toujours entre les mains de quelques Franc-Indiens ? 80% de l’économie est entre leurs mains (import, export, commerce …) Ils contrôlent le Gouvernement, les élections, même le Président. Pendant ce temps, esclaves dans leur propre pays, 97% des Malagasy vivent avec moins de 2$/ jour.
    Dites-moi. Qu’est-ce que la religion à avoir là-dedans ?

    1. 1. « les pays Occidentaux et Américains sont les pays les plus christianisés »
      2. « Bien avant l’arrivée des Missionnaires, Madagascar était déjà miséreux »
      3. « Déjà, Andrianampoinimerina voyant le ravage de la famine, distribuait des bêches pour inciter les gens à travailler. Donc il était conscient que son peuple n’était pas travailleur. » (C’est votre avis personnel je pense)
      4. « Galliény, voyant le désoeuvrement et le dégat que cela provoque, a établit « la tête », un impôt par tête. Cela a obligé les indigènes à travailler. » (Je ne pense pas qu’il a fait ça par gaieté de coeur pour notre pays…mais bon c’est juste mon avis)
      5. « Savez-vous que l’économie de Madagascar a été et est toujours entre les mains de quelques Franc-Indiens ? 80% de l’économie est entre leurs mains (import, export, commerce …) Ils contrôlent le Gouvernement, les élections, même le Président. Pendant ce temps, esclaves dans leur propre pays, 97% des Malagasy vivent avec moins de 2$/ jour. »

      pouvez vous me citer les sources de vos affirmations s’il vous plaît? Merci d’avance

      1. Oui Une grande partie de l’économie de Madagascar est tenue par des Franco-Indiens et en plus ce sont les chinois qui envahissent partout il n’y a pas besoin de preuve pour cela tout le monde le sait. Il n’y a pas de plus aveugle que celui qui ne veut pas voir.

    2. Voilà un superbe commentaire qui ose dire la vérité. Ce qu’il dit là est vrai la religion surtout chrétienne ne fait que du bien au pays. Ne soyons quand même pas aveugles pour critiquer encore cela. D’abord l’éducation est la base du développement, les meilleurs écoles à Madagascar sont tenus par les catholiques et cela marche très bien, ailleurs pas du tout. Des hôpitaux, des œuvres qui aident les misérables, des léproseries, des dispensaires, des maisons de retraite, des orphelinats … tenus par des œuvres catholiques marchent très bien; ils n’ont pas besoin de bailleurs de fonds pour fonctionner, tout le monde sait ça, ne soyez pas aveugles. Exactement, je redis aussi qu’est-ce que la religion à avoir avec tous ces fiascos dans ce pays ?

    3. L’un de mes amis, Feno ZARA a mis des commentaires ici. Vous les avez effacés. Il m’a demandé de les publier à sa place. On verra bien. Entre autres, il a écrit : « La religion ne fait que du bien à Madagascar. C’est du concret. Pas de paroles en l’air. En premier, l’éducation étant la base du développement d’un pays, les meilleures écoles sont tenues par les Catholiques et cela marche très bien. Ensuite, des hôpitaux, des léproseries, des ouvroirs, des dispensaires, des maisons de retraite, des œuvres qui aident les plus démunis, des orphelinats … … tenus par les missions chrétiennes, sans besoin d’aide des bailleurs de fonds, marchent très bien. Alors, pourquoi dites-vous que la religion est un frein au développement à Madagascar ? »

  3. Wow … Religion is never the problem, religion doesn’t even save anyone when only Jesus does.
    Mindset is the only problem everywhere in the world …. N’importe quoi !!!!

  4. Moi je constate que les peuples qui s’en sortent le mieux (du moins en terme de dignité) sont ceux qui ont su préserver leurs propres cultures et traditions, notamment religieuses : japon, chine, inde, corée du sud, europe, israel, moyen orient, vietnam,…
    A contrario, ceux qui ont abandonné leurs cultures et leurs traditions au profit de religions étrangères sont à la dérive totale : bangladesh, pakistan, afghanistan, phillipines, indonésie, tous les pays d’afrique sub saharienne,…
    C’est évidemment en afrique sub saharienne que la situation est la plus dramatique. Par ex, il est déjà difficile de trouver des africains noirs porter des prénoms purement africains. Ils portent tous des prénoms d’origine arabe ou européenne…

  5. La relation entre « religion » et « développement », que ce soit économique ou sociale, à grandeur du pays ou juste personnel, depend de chacun.

    A l’echelle du pays, il faut tout de suite dire, pour raccourcir, que ce n’est pour rien si les pays modernes veulent à tout prix séparer religion et la gestion/administration du pays.

    En général, je crois qu’on peut reprendre la vision d’Obama: la religion, de ce que j’ai compris ce qu’il a écrit, c’est pour INSPIRATION. Mais, toute décision serait, voire devrait etre confortée avec les lois et les valeurs modernes, ainsi que la Science/psychologie/sociologie/economie…

    C’est comme une artiste qui s’inspire de sa muse, mais c’est l’artiste qui fait ce qu’elle va faire, MAIS NON la muse qui dicterait ce qui se fait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *