Ahmad Ahmad : suspendu et condamné à verser une amende de 185 000 euros2 minutes de lecture

Ahmad Ahmad : suspendu et condamné à verser une amende de 185 000 euros

Ahmad Ahmad, visé par une procédure de destitution en 2019 pour des faits supposés de corruption, a été suspendu aujourd’hui pour 5 ans par la chambre de jugement de la Commission d’éthique indépendante de la FIFA. Il devra par ailleurs s’acquitter d’une amende de 200 000 francs suisses (185 000 euros).

En plus de devoir verser une amende de 185 000 €, le président sortant de la CAF est condamné à ne plus exercer toute activité liée au football pour cinq ans. La décision a été confirmée dans un communiqué publié sur le site de la FIFA.

Cela fait plusieurs mois que la situation était extrêmement tendue pour l’ancien Vice-Président du Sénat malgache. En effet, au cours de l’année 2019, Ahmad Ahmad a été soupçonné d’actes de corruption lors de l’attribution d’un contrat par la CAF à une société française nommée Technical Steel.

Plusieurs malversations mises en avant

Il est reproché plusieurs entorses au code d’éthique de la FIFA à Ahmad Ahmad.

Dans son rapport, la chambre de jugement de la Commission d’éthique indépendante de la FIFA précise qu’Ahmad Ahmad a enfreint les articles 15 (Devoir de loyauté), 20 (Acceptation et distribution de cadeaux ou autres avantages), 25 (Abus de pouvoir) et 28 (Détournement de fonds).

Financement d’un pèlerinage, accointance avec une entreprise d’équipement sportif…

Le communiqué pointe notamment du doigt « le comportement de M. Ahmad au poste de président de la CAF entre 2017 et 2019 ». Pour justifier la sanction d’Ahmad Ahmad, l’instance précise « l’organisation et le financement d’un pèlerinage à La Mecque (Oumra) » ainsi que « les accointances du président sortant avec l’entreprise d’équipement sportif Tactical Steel ».

« M. Ahmad avait manqué à son devoir de loyauté, accordé des cadeaux et d’autres avantages, géré des fonds de manière inappropriée et abusé de sa fonction de président de la CAF » a conclut l’instance.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *