Parc national d’Ankarafantsika, rendez-vous en terre sauvage !2 minutes de lecture

Parc national d’Ankarafantsika, rendez-vous en terre sauvage !

Situé à une centaine de kilomètres de la ville des fleurs (Majunga), le Parc National d’Ankarafantsika, dans la région du Boeny, constitue aujourd’hui l’un des derniers havres de paix pour les espèces protégées la Grande Ile. La réserve est principalement composée de forêts denses et sèches. Vous y trouverez de nombreux lacs où une faune endémique y ont élu refuge.

Observation de la faune et de la flore

Le moment idéal pour visiter le Parc National d’Ankarafantsika se situe entre mai et novembre si vous êtes amateurs de trekking. Toutefois, vous aurez peu de chance de découvrir pleinement la beauté de la faune durant cette période. L’observation des espèces animales est meilleure pendant la première partie de la saison humide de décembre à avril, lorsque les précipitations sont encore légères.

Ankarafantsika abrite 8 espèces de lémuriens, dont la plupart sont facilement visibles. Il s’agit notamment du Sifaka, de l’Ankarana sportive lemur (lépilémur ankaranensis), de l’Avahi laineux et du Microcebus.

La fameuse danse du Sifaka, d’où son surnom de lémurien danseur !
Le lémurien sportif Ankarana, ou Ankarana belette
Le Microcebus, le plus petit primate au monde

Ankarafantsika est par ailleurs l’un des plus beaux sites d’observation d’oiseaux à Madagascar, avec 129 espèces recensées, dont 75 sont endémiques. La réserve compte également plus de 70 espèces de reptiles (iguanes, gecko, caméléons…)

Pour ce qui est de la végétation, elle est principalement composée de plantes sèches comme l’Aloe, le Pachypodium (ou « pied d’éléphant »), les baobabs et les orchidées.

Qu’en est-il des activités ?

Si vous êtes un amateur de randonnée, vous allez être servi. Il y a 8 courts-circuits dans le parc, dont certains peuvent être réunis en une randonnée d’une demi-journée. Les circuits dans la moitié ouest du parc traversent des forêts denses sur un plateau sablonneux et sont le must si vous voulez rencontrer le Sifaka et les oiseaux.

La moitié nord du parc est surtout dédiée aux inconditionnels de paysages époustouflants. Lacs, baobabs et chants d’oiseaux égayeront votre randonnée. Bien sûr, vous pourrez également y rencontrer des crocodiles.

Les guides du parc organisent également des promenades nocturnes d’une heure (qui coute généralement aux environs de 25 000 ariary). D’ailleurs, les randonnées en pleine nuit restent l’occasion idéale pour voir les lémuriens nocturnes qui sont l’un des fleurons de la faune malagasy.

Vous l’aurez compris, le Parc National d’Ankarafantsika est un site incontournable si vous vous rendez dans la partie ouest de Madagascar. Alors, si l’envie vous prend de découvrir de magnifiques paysages, vous savez ce qu’il vous reste à faire !

Partagez l'article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *